Articles

Les Echos - 13 novembre 2017 - Dossier Cabinets de recrutement

Dossier Exclusif : 250 cabinets de recrutement au top

Comment recruter de hauts dirigeants ou des profils de la tech qui s’arrachent à prix d’or ? Pour guider les entreprises, « Les Echos » et l’institut d’études Statista recensent, pour la première fois, 250 des meilleurs cabinets de recrutement sur les 3.500 implantés en France et les 50 meilleurs portails de recrutement. Revue de détail.

Télécharger le dossier complet :

PDF - 2.5 Mo
Haut de page

Les Echos - 7 juillet 2017 - L’emploi des cadres atteint des niveaux inégalés

Haut de page

Figaro Madame - 1er février 2017 - CV : les conseils pour qu’il soit agréable à lire

Voici un article intéressant sur le CV, avec des conseils illustrés, chacun devant ensuite se faire sa conviction propre.

L’article du Figaro magazine se trouve ici : http://madame.lefigaro.fr/business/CV-conseils-agreable-a-lire-010217-129481

CV : les conseils pour qu’il soit agréable à lire Par Julie Falcoz - Le 01 février 2017

Sur un CV, on doit privilégier le fond en étant claire et concise mais qu’en est-il de la forme ? Suivez le guide pour éviter les impairs.

Salariée, dirigeante ou entrepreneure, toutes les femmes ont besoin de conseils pour leur carrière. Avec le Prix Business with attitude, boostez votre réussite. Même si les réseaux sociaux professionnels ont pris de l’ampleur, le CV reste un passage obligé pour proposer sa candidature pour un emploi/stage/formation/école. À chaque nouveau poste, vous arrivez à gérer le fond en respectant les règles d’or pour passer un entretien mais pour la forme, vous séchez un peu, vous ne savez pas par où commencer, ni comment améliorer sa mise en page. Pauline Lahary, fondatrice de mycvfactory.com, distille ses conseils.

L’en-tête C’est une règle de base, « on lit un CV de la même manière depuis des décennies. Il faut donc mettre les informations principales en haut », précise la spécialiste. Nom, prénom, poste convoité, situation géographique, mail et téléphone sont à inscrire. Pauline Lahary préconise même de mettre un lien vers son profil Linkedin, « surtout si on travaille dans le digital ». Vous pouvez également préciser ici si vous êtes bilingue dans des langues étrangères. « Si le recruteur aime ce qu’il voit au début, il continuera à lire le CV. S’il n’aime pas le teasing, il s’arrêtera là ou lira sans trop d’intérêt. Les premières secondes sont vraiment les plus importantes », insiste-t-elle.

La photo Longtemps, le débat de la photo sur un CV a été houleux, pour cause de discriminations. La jeune entrepreneure tranche : « Je suis pour mettre une photo sur le CV. Elle illumine la page et accroche l’œil. »

La police Tout dépend de votre domaine d’activité. Dans le monde du web, on se contentera d’une police normale, plutôt passe-partout. Dans l’univers du mariage, de la mode ou de la créativité en général, la fondatrice de mycvfactory.com conseille une police léchée, comme si c’était écrit à la main. « Il ne faut pas dépasser deux polices sur la même page, une pour les titres et l’autre pour le corps du texte. Ma préférée est Raleway, aérienne et jolie, elle change de Times News Roman. »

Pauline Lahary commente les 10 CV les plus utilisés sur son site https://www.mycvfactory.com :

Voir les CV au format image (dans un dossier ZIP) :

Zip - 1.7 Mo

Il ne faut pas sous-estimer l’importance des teintes utilisées, il y a des règles à respecter selon votre domaine d’activité. « Elles véhiculent une image non négligeable. Les commerciaux utiliseront du bleu ou du gris. Dans le milieu de l’alimentation, c’est le jaune et l’orange qui prédominent. Les banques et la finance aiment le rouge. Le monde de l’environnement et des énergies adorent le vert. L’immobilier peut se permettre de choisir entre le rouge et le vert. Dans le bien-être et l’esthétique, c’est le rose qui prédomine. Les métiers de la communication, du marketing et de la création ont le choix entre toutes les couleurs ! », précise Pauline Lahary.

La fluidité de lecture En moyenne, un recruteur passe 30 secondes sur un CV. C’est tellement court que vous avez intérêt à en faciliter la lecture. Pour ça, le mieux est de l’organiser en plusieurs blocs, en utilisant un tableau invisible par exemple sur un logiciel de traitement de texte. « Si l’ensemble est visuel, la personne qui le lit arrivera plus facilement à rentrer dedans. Encore mieux, elle peut passer d’un bloc à un autre, ou commencer par lire celui des formations avant de lire les expériences professionnelles », recommande l’entrepreneure. Petit conseil bonus, elle suggère aux jeunes diplômés ou aux personnes en situation de reconversion de consacrer un bloc à expliquer sa démarche, « comme un petit bout de lettre de motivation. Sachant que 75 % d’entre elles ne sont pas lues, ce petit texte aidera forcément le recruteur ».

Haut de page

LCI - 20 juillet 2016 - Emploi : comment retrouver un... sénior-job ?

LCI, 20 juillet 2016

Emploi : comment retrouver un... sénior-job ?

L’amélioration du taux d’activité des séniors profite à ceux qui savent se valoriser. Nos recettes gagnantes.

En France, le taux d’emploi des séniors est inférieur de 10 points à la moyenne observée dans les autres pays de l’OCDE et plus de 60% des chômeurs de longue durée se situent dans la tranche d’âge allant de 55 à 64 ans. Toutefois, les choses s’améliorent lentement : selon une étude de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) publiée en 2016, le taux d’activité des séniors progresse (+ 2,4% en 2014). Il n’a même n’a jamais été aussi élevé depuis 1975.

Cette amélioration profite surtout aux séniors abordant le marché de l’emploi avec certaines recettes gagnantes en tête. Parmi elles :

  • Valoriser son expérience. Au lieu d’estomper le côté sénior d’un CV autant le mettre en avant et en être fier. L’expérience n’est pas un handicap, mais un atout. Grâce aux connaissances transversales acquises durant votre carrière, vous êtes immédiatement opérationnel.
  • Par ailleurs, vous êtes moins volage que quelqu’un de plus jeune qui n’hésitera pas à plaquer son employeur si une opportunité se présente. Ces points sont à mettre en relief auprès du recruteur.
  • Afficher sa motivation : sur la cinquantaine on est encore bourré d’énergie et les contraintes familiales sont moins fortes qu’avant, car les enfants ont grandi et sont autonomes. Vous avez donc du temps à revendre et la possibilité d’être sur le pont même en période de vacances scolaires. Faites-le savoir au recruteur.
  • Oublier la retraite. Si on vous demande combien de trimestres vous manquent pour décrocher une pension à taux plein, répondez que la question n’est pas là. Insistez sur votre volonté de poursuivre votre carrière et sur votre puissance de travail. Ne donnez surtout pas au recruteur le sentiment que vous jouez la montre.
  • Mettre son "réseau" en évidence. En tant que sénior, vous avez forcément constitué un carnet d’adresses. C’est un facteur qui joue en votre faveur. Insistez sur ce côté relationnel et veillez à ce que votre présence sur les réseaux sociaux soit positive, car il y a fort à parier que le recruteur ira vérifier comment votre image est placardée sur Linked in ou Viadeo !

Retrouver cet article directement sur le site du journal Le Monde : http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/emploi-comment-retrouver-un-senior-job-8767699.html

Haut de page

Les Echos - 20 juin 2016 - Moi, je manque de savoir-être ?

Haut de page

Les Echos - 30 mai 2016 - Dirigeant de filiale, mon poste me déçoit

Haut de page

Les Echos - 18 avril 2016 - Appel d’un chasseur de têtes... Que faire ?

Haut de page

Les Echos - 18 avril 2016 - Comment les numéros un font la différence

Haut de page

Linkedin - 24 mars 2016 - Un profil n’est pas un CV : Profil vs CV, LA différence

Une des questions qui revient souvent au moment de créer ou d’optimiser son profil sur un réseau social professionnel comme LinkedIn, Viadeo ou Xing, est celle du profil par rapport au CV. Est-ce la même chose ? Quelles sont les différences ? Comment appréhender et gérer l’un par rapport à l’autre.

Allez lire le très bon article de Cyril BLADIER sur Linkedin !

Haut de page

Les Echos - 1er février 2016 - Dossier Entreprendre

A lire en particulier :

  • Managers, 10 écueils à éviter avant d’entreprendre
  • Beaucoup de témoignages d’anciens managers devenus entrepreneurs

Lire tout le dossier :

PDF - 1.7 Mo
Haut de page

Les Echos - 1er février 2016 - Devenir son propre patron, un rêve ?

Haut de page

Les Echos - 28 septembre 2015 - Nouvelle recrue, je trouve l’accueil frais...

Haut de page

Les Echos - 15 septembre 2015 - Chercher un emploi via les annonces : un réflexe ancré mais peu efficace

LES ECHOS - Mardi 15 septembre 2015, par Derek Perrotte.

Chercher un emploi via les annonces : un réflexe ancré mais peu efficace

80 % des chômeurs consultent les offres d’emploi. Mais seuls 7 % trouvent par ce biais.

C’est, en matière de travail, le paradoxe des annonces : elles demeurent, de loin, le principal canal de recherche d’emploi, mais s’avère au final un outil marginal pour en trouver. Selon le rapport « trouver du travail par annonce : une porte étroite », publié vendredi par le Centre d’études de l’emploi (CEE) et basé sur l’enquête emploi 2003-2012 de l’Insee, huit chercheurs d’emploi sur dix étudient les annonces d’offres d’emploi, via la presse et désormais surtout Internet. Mais au final, hors intérimaires, seuls 7 % des personnes en emploi affirment avoir trouvé leur poste par ce biais, une proportion stable sur la dizaine d’années étudiées.

Le chiffre est à relativiser car une seule réponse était possible dans l’enquête et 10 % affirment avoir trouvé via le service public de l’emploi : parmi eux, on compte probablement une part de chômeurs ayant trouvé à la suite d’une annonce via leur conseiller Pôle emploi ou leur mission locale.

En tout état de cause, cela reste un canal d’entrée dans l’emploi bien loin de celui des candidatures spontanées (de 45 à 50 % selon les années) et le recours à son carnet d’adresses personnel et professionnel (de 20 à 25 %), qui dominent ce classement. S’ajoutent enfin ceux ayant trouvé via leur école ou université (de 3 à 5 %, très essentiellement des jeunes diplômés) ou via un cabinet de recrutements (2 %, surtout les cadres).

Autocensure

L’étude souligne que les annonces souffrent encore d’un fort phénomène d’autocensure : seul un chômeur sur deux qui les consulte répond à au moins une annonce. Les plus de 50 ans, les personnes d’origine étrangère, les peu qualifiés et ceux maîtrisant mal l’écrit et les outils numériques répondent beaucoup moins fréquemment. C’est notamment lié au fait que, comparé à nos voisins, « les annonces françaises contiennent de nombreuses exigences en matière de diplôme et d’expérience », pointe l’étude.

Le faible taux d’emplois trouvés par annonce s’explique aussi par la spécificité des annonces : l’étude souligne que, côté recruteurs, cet outil est très centré sur un « segment étroit » : la recherche de diplômés du supérieur pour des postes de niveau intermédiaire, en CDI (avec un recrutement longue durée, on peut « investir » dans une annonce), avec des compétences techniques « certifiables par diplôme » et « faciles à restranscrire dans une annonce », comme développeurs informatiques, comptables ou commerciaux.

Cela explique que « le canal des annonces sur-sélectionne vraiment via le diplômé », explique le CEE, qui invite en conclusion les entreprises à plus souvent l’utiliser pour leurs emplois vacants et pas uniquement sur des postes spécifiques.

Haut de page

Le Monde - 14 octobre 2014 - Rédiger son CV avec peu d’experience

Le Monde - 14 octobre 2014

Lire l’article :

PDF - 1.2 Mo
Haut de page

Les Echos - 13 octobre 2014 - Comment gérer un client clé arrogant et grossier

Les Echos, 13 octobre 2014

Lire l’article :

PDF - 637.9 ko
Haut de page