Les Echos - 15 septembre 2015 - Chercher un emploi via les annonces : un réflexe ancré mais peu efficace

LES ECHOS - Mardi 15 septembre 2015, par Derek Perrotte.

Chercher un emploi via les annonces : un réflexe ancré mais peu efficace

80 % des chômeurs consultent les offres d’emploi. Mais seuls 7 % trouvent par ce biais.

C’est, en matière de travail, le paradoxe des annonces : elles demeurent, de loin, le principal canal de recherche d’emploi, mais s’avère au final un outil marginal pour en trouver. Selon le rapport « trouver du travail par annonce : une porte étroite », publié vendredi par le Centre d’études de l’emploi (CEE) et basé sur l’enquête emploi 2003-2012 de l’Insee, huit chercheurs d’emploi sur dix étudient les annonces d’offres d’emploi, via la presse et désormais surtout Internet. Mais au final, hors intérimaires, seuls 7 % des personnes en emploi affirment avoir trouvé leur poste par ce biais, une proportion stable sur la dizaine d’années étudiées.

Le chiffre est à relativiser car une seule réponse était possible dans l’enquête et 10 % affirment avoir trouvé via le service public de l’emploi : parmi eux, on compte probablement une part de chômeurs ayant trouvé à la suite d’une annonce via leur conseiller Pôle emploi ou leur mission locale.

En tout état de cause, cela reste un canal d’entrée dans l’emploi bien loin de celui des candidatures spontanées (de 45 à 50 % selon les années) et le recours à son carnet d’adresses personnel et professionnel (de 20 à 25 %), qui dominent ce classement. S’ajoutent enfin ceux ayant trouvé via leur école ou université (de 3 à 5 %, très essentiellement des jeunes diplômés) ou via un cabinet de recrutements (2 %, surtout les cadres).

Autocensure

L’étude souligne que les annonces souffrent encore d’un fort phénomène d’autocensure : seul un chômeur sur deux qui les consulte répond à au moins une annonce. Les plus de 50 ans, les personnes d’origine étrangère, les peu qualifiés et ceux maîtrisant mal l’écrit et les outils numériques répondent beaucoup moins fréquemment. C’est notamment lié au fait que, comparé à nos voisins, « les annonces françaises contiennent de nombreuses exigences en matière de diplôme et d’expérience », pointe l’étude.

Le faible taux d’emplois trouvés par annonce s’explique aussi par la spécificité des annonces : l’étude souligne que, côté recruteurs, cet outil est très centré sur un « segment étroit » : la recherche de diplômés du supérieur pour des postes de niveau intermédiaire, en CDI (avec un recrutement longue durée, on peut « investir » dans une annonce), avec des compétences techniques « certifiables par diplôme » et « faciles à restranscrire dans une annonce », comme développeurs informatiques, comptables ou commerciaux.

Cela explique que « le canal des annonces sur-sélectionne vraiment via le diplômé », explique le CEE, qui invite en conclusion les entreprises à plus souvent l’utiliser pour leurs emplois vacants et pas uniquement sur des postes spécifiques.